Lauréats 2022

Lauréats 2022

1er prix à Robot LASER : CHF 15’000.-

En été 2020, les agriculteurs Daniel Schaller (Dairyfarm) et Oskar Schneuwly ont lancé le projet Robot LASER en collaboration avec des étudiants de l’ETH Zurich. Ils gagnent le 1er prix du PIA 2022.

Le projet est un robot de terrain léger et autonome qui, dans les cultures en ligne, traite les mauvaises herbes proches des plantes cultivées à l’aide d’un module laser. Le développement de ce robot a pour but de compléter le binage mécanique et de réduire ainsi substantiellement le désherbage manuel.

La régulation des mauvaises herbes est une tâche centrale dans la culture agricole. Dans l’agriculture biologique, la lutte contre les mauvaises herbes se fait principalement par des méthodes mécaniques ainsi que par le travail manuel. Dans l’agriculture conventionnelle, l’utilisation de pesticides est de plus en plus difficile en raison de l’interdiction de certains produits.

La tendance générale à l’agriculture biologique exige des solutions innovantes pour une gestion plus rentable des mauvaises herbes. Le traitement des mauvaises herbes entre les rangs se fait généralement à l’aide de bineuses montées sur le tracteur et est efficace. Le traitement à l’intérieur des rangs se fait par sarclage et binage manuels. Cette méthode est extrêmement coûteuse en temps et en argent. De plus, la main-d’œuvre nécessaire à cet effet est difficile à trouver. Une automatisation mécanique et une robotisation de ces processus de travail sont désirables.

Trophée du public à Bio26 : CHF 5’000.-

Ce projet gagne grâce aux votes du public ! Initié par un producteur, cette coopérative réunit actuellement une trentaine d’agriculteurs et de transformateurs avec un but d’avoir un assortiment le plus complet possible avec des produits issus exclusivement des membres producteurs de la coopérative.

Au Bio26, on trouve une large gamme de produits bio directement issus des fermes fribourgeoises ; des produits frais (fruits et légumes de saison, de la viande et des charcuteries, des fromages et autres produits laitiers), du miel, des confitures, des sirops, des gâteaux et confiseries, du pain … mais aussi des vins et spiritueux.

Ce projet de magasin sous forme de coopérative propose une structure qui permettra aux producteurs et aux artisans transformateurs de mutualiser leurs efforts pour proposer aux consommateurs un seul et unique point de vente directe pour tous leurs produits.

Portrait de l'équipe - Bio26 - Prix à l'innovation agricole

Prix à l’encouragement à Noula : CHF 5’000.-

La nouvelle laiterie de fabrication de mozzarella et burrata avec du lait fribourgeois gagne le prix à l’encouragement – ex-aequo – en proposant la première burrata et mozzarella 100% fribourgeoise.

Noula, c’est la production de la première burrata et mozzarella 100% fribourgeoises grâce à une recette innovante. Le lait et la crème sont issus de la région et la fabrication se fait de manière traditionnelle, à savoir en petits lots. Le mot d’ordre est la transparence pour toutes les étapes de la chaîne de production, autrement dit des producteurs de lait jusque dans l’assiette.

Actuellement, la mozzarella et la burrata sont fabriqué dans une fromagerie de Gruyère, à termes, l’objectif est d’avoir un lieu propre destiné à cette fabrication. Un des défis est le conditionnement et la logistique. Un autre défi est l’intégration de l’ensemble de la solution informatique en vue de la traçabilité.

Prix à l’encouragement à Dissemibait: CHF 5’000.-

Initié par l’entreprise Green Protecta, Dissemibait gagne le prix à l’encouragement – ex-aequo, en proposant une nouvelle approche innovatrice et biologique pour une meilleure protection contre les insectes ravageurs.

En collaboration avec une équipe de recherche d’Agroscope Conthey, Green Protecta effectue les premiers pas pour le développement d’un nouveau système de protection des cultures contre des insectes ravageurs.

Appelé DissemiBait, ce système consiste à attirer un insecte nuisible dans un piège où il sera infecté et chargé d’un insecticide biologique. Après sa sortie du piège, cet individu disséminera cet insecticide dans l’environnement de la culture où ses congénères seront attirés et infectés à leur tour.

Ce système a ceci d’original que ce sont les insectes eux-mêmes qui accomplissent les étapes menant au contrôle de leur population. Ils sont en quelque sorte les bourreaux de leurs congénères.

Diplôme de finaliste à Free the bees

Ce projet pilote reçoit le diplôme de finaliste, grâce à son innovation pour une détection précoce plus précise, plus douce et plus économique de la loque américaine et de la loque européenne dans les colonies d’abeilles grâce aux chiens formés.

Grâce à eux, il sera possible de détecter les maladies du couvain dans les colonies d’élevage incubées de manière plus économique, plus rapide, plus précoce et plus précise, et donc d’augmenter l’efficacité des services vétérinaires avec leurs inspections des abeilles ou de les inspecter plus souvent tout en conservant la même charge de travail.

En outre, les chiens permettent pour la première fois d’inspecter des colonies d’abeilles mellifères vivant en liberté. Un jalon stratégique important pour la protection et la promotion des abeilles mellifères sauvages en Suisse.

Les partenaires du prix à l’innovation agricole 2022

Logo de l'Etat de Fribourg - Sponsor du prix à l'innovation agricole
Logo de la Banque Raiffeisen - sponsor du prix à l'innovation agricole du canton de Fribourg
Menu